Recherche

Les centres de recherche cornouaillais sont des structures spécialisées, référents nationaux sur des domaines clés.

_CEA Tech Bretagne

CEA Tech est une plateforme qui développe et diffuse des technologies pour tous les types d’entreprises pour le développement du numérique dans la société, l’amélioration de la santé publique ou le respect de la planète. Son offre va de l’expertise au développement d’un nouveau composant ou d’un système en réponse à une problématique industrielle : recherche d’un gain de compétitivité pour des produits, services ou chaînes de production, croissance sur de nouveaux marchés, développement de nouvelles applications.

Le CEA Tech s’appuie sur la recherche technologique effectuée par le CEA dans l’ensemble de ses implantations. L’objectif est de proposer et de diffuser les technologies génériques dans de nouveaux champs industriels mais également, en étant au plus près des petites, moyennes entreprises et des entreprises intermédiaires (ETI), de leur offrir des solutions dédiées, adaptées à leurs besoins.

En Bretagne, les équipes de CEA Tech ont pour mission d’intervenir dans les domaines des productions végétales (horticulture, serres, plein champ), de l’élevage et des produits de la mer, ainsi que de l’agroalimentaire. A titre d’exemple, ses équipes pourront apporter leur expertise dans le domaine de l’agriculture et de l’élevage de précision en pensant « au juste besoin » l’utilisation de l’eau, de l’énergie, des intrants et des antibiotiques. La détection de pathogènes, le développement de solutions pour améliorer la réactivité lors de crises sanitaires, ou l’assistance aux ouvriers des industries agroalimentaires, pour prévenir les troubles musculo-squelettiques (TMS) en sont des exemples.

_ Le LUBEM (Laboratoire Universitaire de Biodiversité et d’Ecologie Microbienne)

Laboratoire de recherche de l’Université de Bretagne Occidentale (UBO), il développe à l’Ecole Supérieure d’Ingénieurs en Agroalimentaire de Bretagne Atlantique (ESIAB) et à l’IUT de Quimper, des activités dans le domaine de la microbiologie en agroalimentaire et collabore fortement avec des entreprises locales et internationales. Il œuvre à une meilleure connaissance des micro-organismes d’intérêt (technologique, d’altération, pathogène) et, en particulier, l’inactivation microbienne et la microbiologie prévisionnelle, aux multiples applications dans l’agroalimentaire.

Le LUBEM collabore étroitement avec ADRIA Food Expertise au sein de l’Unité Mixte Technologique (UMT SPORE-RISK), créant ainsi une synergie entre la recherche et le développement qui permet d’appréhender les préoccupations industrielles.

Il est engagé dans des programmes de recherche nationaux et européens et participe à de nombreuses actions d’animation scientifique de filières (œufs, lait…), au pôle de compétitivité Valorial…

Une deuxième équipe installée à l’ESIAB à Plouzané, s’intéresse aux écosystèmes à composantes fongiques, dont les moisissures en agroalimentaire.

_ ADRIA Food Expertise

ADRIA Food Expertise, laboratoire expert leader en Europe pour la validation des méthodes alternatives, opère particulièrement en sécurité sanitaire, conservation et qualité fonctionnelles des aliments (formulation et process), cette problématique étant à l’origine de fortes pertes économiques pour les entreprises. L’Adria intervient en particulier, pour les organismes de certification AFNOR Certification, MicroVal et l’AOAC. Pour ce faire il dispose des laboratoires et équipements performants adaptés.

L’Unité Mixte Technologique SPORE RISK, qui a précédé l’UMT Physi’Opt, a été plébiscitée pour ses résultats et le nombre de publications scientifiques et techniques à l’échelle internationale. Elle est menée en collaboration avec le LUBEM.

Les bactéries sporulées sont logiquement le thème d’un colloque international organisé en collaboration avec le LUBEM et la Technopole Quimper Cornouaille : Spore2009, Spoilers2013, Spoilers2017.

ADRIA développement anime le groupe de travail ISO/TC 034/SC09/WG19 sur la rédaction d’un guide technique, pour la réalisation des challenge-tests.

_ Station de biologie marine de Concarneau du Muséum National d’Histoire Naturelle

Référence nationale, la station assume cinq missions: la recherche, les collections, l’expertise, l’enseignement et la diffusion des connaissances avec le marinarium.

Ses deux grands axes de recherche :

  • la biologie expérimentale, biochimie et biologie moléculaire des organismes ;
  • l’environnement, les biotechnologies, l’écotoxicologie : inventaires et suivis, projet avec l’Ifremer sur les algues toxiques…

Elle dispose de plusieurs plateformes techniques accessibles aux scientifiques et aux industriels : microscopie, électronique, biologie moléculaire, biologie cellulaire, mésocosmes (Aquariums expérimentaux) de schlérochronologie (Permet entre autres de déterminer l’âge des poissons).

Ce savoir-faire est recherché dans l’industrie agroalimentaire en matière de traçabilité.

_ Ifremer

Le laboratoire de Concarneau opère sur les réseaux de suivi de qualité de l’eau littorale dans le Finistère, en particulier le suivi des efflorescences toxiques.

Il dispose d’une expertise de renommée internationale en microalgues notamment dans l’identification des microalgues toxiques.

_ INRA (Institut National de la Recherche Agronomique)

Le site de Quimper a deux services :

  • l’Unité Mixte de Recherche Sol Agro et hydrosystème Spatialisation (UMR SAS) qui étudie les interactions entre l’agriculture et le milieu afin d’élaborer des systèmes de production agricole durables, d’améliorer l’aménagement de l’espace rural, de préserver la qualité de l’eau, du sol, de l’air et des paysages ;
  • Le pôle « Intelligence Economique » de la Direction du Partenariat et du Transfert pour l’Innovation est chargé de réaliser la veille et les analyses socio-économiques.