[Spoilers in Food] Les pertes économiques liées à l’altération

Publié le 03/08/2017 | Recherche

Partager

En poissons, par exemple, on estime que 20 à 30 % de toute la production est perdue à cause des bactéries sporulées. Si les pathogènes sont plutôt bien maîtrisés, dans les aliments, c’est, désormais, l’altération qui entraîne des pertes économiques. Au symposium Spoilers in Food, les entreprises viennent chercher des solutions. 40 % des participants sont des industriels en R&D et qualité : Danone, Entremont, Nestlé, Sodiaal fromages, Lactalis, les chocolats Barry et autres industriels de Norvège, des Pays-Bas, d’Australie, etc.

Inspiration et solutions

Une vingtaine de pays étaient représentés à ce symposium, plébiscité par ses participants ! Les chercheurs et universitaires viennent y puiser de l’inspiration, grâce aux 52 interventions portant sur l’identification, le recensement, les méthodes, les outils, etc….  Conférences, ateliers et posters pendant deux journées complètes pour évoquer des sujets, tels que le réveil des bactéries sporulées, « Le microbiote de la nourriture : état de l’art de la dénomination et de la biodiversité », …

Ce symposium mondial (en anglais) est incontournable pour les spécialistes venant de toute l’Europe, mais également de Turquie, d’Australie ou du Brésil. Il leur permet de faire le point sur l’état de l’art en altération microbienne des aliments.

Ce symposium est co-organisé par Adria Food expertise, la Technopole Quimper Cornouaille et le Lubem et se tient tous les trois ans à Quimper, et ce, depuis 1997 ! Au comité scientifique, participent également Unilever/Royaume-Uni, Danone, les Universités d’Amsterdam et de Wageningen aux Pays-Bas, du Danemark, de Ghent en Belgique, de Campinas au Brésil, de Naples, d’Athènes, le CNR-ISPA d’Italie, BCN Research Lab des Etats-Unis, CBS (NL) et Oniris (F).

Alternatives aux conservateurs chimiques

Les entreprises viennent, elles, y étudier les solutions, et surtout les alternatives aux conservateurs chimiques : l’emballage pour éviter et indiquer l’altération, l’optimisation de la pasteurisation à haute température, pour les conserves acidifiées, la gestion de l’altération microbienne dans les plats industriels de la mer, etc.

Des industriels et des chercheurs du Lubem ont participé à une rencontre spéciale  pour les entreprises locales. Thaï Union, Tallec et Guyader ont pu profiter, d’une explication de texte (en français) qui leur était adaptée ! Le fait saillant qui a été soulevé est l’importance d’interpréter et de donner du sens aux données. Au-delà des outils et des méthodologies développés, il faut rechercher un accompagnement plus que des réponses seules. Des sociétés de services proposent uniquement les réponses, sans l’accompagnement. Or, plusieurs analyses peuvent donner des réponses différentes… L’accompagnement permet de mieux comprendre et de réagir en processus d’industrialisation, par exemple.

Pour faire progresser leurs travaux, les chercheurs plébiscitent une collaboration accrue entre recherche académique, autorités sanitaires et industriels !

Tous les détails sur le site de Spoilers in Food.

Télécharger le dossier de presse

 

ill_17-06-28_Spoilers_in_Food_Spoily