[Espace ialys] l’innovation au service des tendances !

Publié le 31/07/2019

Partager

L’espace innovation du Cornouaille gourmand a accueilli aux côtés des tests de produits, un espace dédié aux tendances de consommation et/ou de production. Vues sous l’angle des organismes d’accompagnement à l’innovation et à la recherche des entreprises.

Innovation et tendances, mode d’emploi

L’équipe “Food&Pack” de l’Adria a fait vivre et “goûter” l’innovation participative, auprès du public, au travers de prototypes sur un projet en cours avec une entreprise : Spiruline de Brocéliande. Processus, maquettes, mesures consommateurs, selon les tendances : moins sucré, local, simple, naturel, pas trop d’ingrédients, stop au gaspillage alimentaire, pas de produits ultra-transformés, fortes valeurs nutritionnelles, bio… De la conception même du produit à l’emballage, l’Adria a pris le pouls des attentes des consommateurs, sur les sujets des transitions alimentaires, de l’innovation ou de l’économie circulaire.

Eviter le gaspillage

Dernier, mais non des moindres, installé au coeur de l’éco-système aliment en Cornouaille, le CEA Tech a présenté une machine qui détecte les flores pathogènes. Si on ne peut réellement parler de tendance, son objectif répond à la nécessité primaire de produits sains et sûrs et correspond aux attentes basiques des consommateurs : la sécurité alimentaire !

L’espace “Tendances” a également accueilli l’antenne quimpéroise de Phénix, une start up française qui intervient sur le gaspillage. Elle a développé une appli qui évite aux entreprises de jeter leurs invendus. Elle répond au souhait, et d’ici peu à l’obligation, qu’ont les entreprises de l’alimentaire et les grandes et moyennes surfaces de ne pas jeter ! Et le grand public peut y trouver des offres à prix cassés de commerces locaux.

Plancton et algues

Pierre Mollo, spécialiste du plancton, de l’association Plancton & Innovations, a expliqué le projet Erasmus+, projet porté avec dynamisme par Marie-Pierre Nicolas du Likès : Nourrir les hommes en 2050. Il a insisté sur l’éducation et la pédagogie au plancton et l’importance des échanges de jeunes européens.

Retrouvez ici un extrait de la symphonie “La Voix des Océans”, qu’il a produite avec l’IFREMER, et composée en 2018 par Antonio Santana.

Habitué du Cornouaille gourmand, Agrocampus Ouest a axé sa présentation sur la recherche en matière de production de macro-algues et ce, via les méthodes comparées des techniques japonaise et locale. La méthode japonaise de reproduction est développée sur des huîtres creuses et, la française, en suspension. Le microscope et les différents flacons colorés de micro (spiruline,  notamment) et macro-algues attiraient le public !

Et le bio

Pour clore cette semaine tendance, la Maison de la Bio du Finistère accueillait dimanche le public, pour discuter des enjeux du bio et aider les finistériens à trouver des commerçants et producteurs bio locaux.

L’espace était organisé par Quimper Cornouaille Développement, avec Adria, CEA Tech et Technopole Quimper Cornouaille.

 

19-07-25_Agrocampus (2)